dimanche 23 juillet 2017





Choses que je n'ai jamais faites mais que j'aimerais (ou devrais) faire :


  • prendre l'avion;
  • donner du sang;
  • regarder la série The Handmaid's Tale  (d'après la suggestion de Mélanie);
  • essayer le yoga; 
  • ou le zumba;
  • finir le roman que j'ai commencé à écrire à l'automne 2005 (!);
  • visionner le film Thelma Louise;
  • l'inviter à sortir;
  • visiter Prague;
  • ou New York;
  • ou Boston;
  • ou plein d'autres places;
  • économiser;
  • recommencer à faire du bénévolat au refuge Adoption Chats Sans Abri;
  • trouver un emploi qui me passionne et qui subvienne à mes besoins;
  • aller à la Marina St-Roch;
  • me remettre à cuisiner comme du monde;
  • porter les chapeaux que je possède mais que je ne mets pas;
  • du rafting;
  • quelques autres activités auxquelles je ne pense pas dans le moment mais que j'ai déjà voulu pratiquer.





mardi 18 juillet 2017





Je démissionne sur plein de trucs ces jours-ci.  Mon poids.  Ma paresse.  Plaire.  Je n'ai pas envie de faire d'efforts pour changer tout ça.  J'ai essayé.  Maintenant je laisse aller.  Je me résigne à propos de mon trop-de-ventre.  Mes siestes.  Mon invisibilité.  Ou peut-être pas tout à fait.  Mais je vais prétendre que je m'y fais.

À un moment donné je vais me tanner pour vrai.  Et je vais bouger.







mercredi 12 juillet 2017




Je ne fais que de petites choses.  Durant de petits temps.  Des trucs mini pendant peu de minutes.  Je ne m'occupe que par bribes.  Impossible de me fixer sur quoi que ce soit longtemps.  Ça ne génère pas grand-chose.  Je produis du gros rien.  Je crée du vacant.  L'air et moi, on s'entend.








mardi 11 juillet 2017






Je tourne en triangle.  Je m'enfarge dans les pointes.  Ma tête roule dans tous les sens, je bois les bulles et mes mains s'envolent.

J'essaie de te dire que c'est à ton tour.  Chacun à la fois.

Je répète recommence refais re.  Je regarde refuse revois re.

Mes mots sont partis.  J'enlève un à un les motifs.  Mon histoire ne se rend pas.












samedi 1 juillet 2017





Vient un temps où tout stagne.  Où tout s'efface devant.  Restent les possibilités, ou le néant.  Parfois les deux.

Alors on aspire à plus.  À on-ne-sait-pas-quoi.  On se pose des questions, mais on n'amène aucune réponse.

Je n'ai pas de réponse, mais tellement de questions.  J'aspire à quelque chose, mais à quoi?  À quelque chose, vraiment?  Ou à rien?