dimanche 8 avril 2018






Ma petite fille, tu vas te faire crier dessus.  Si tu t'approches trop près, si tu la regardes, si tu lui parles.  Elle va grogner, siffler, cracher.  Ronchonner aussi.

Si elle te contourne en faisant de grands cercles, ce n'est pas pour respecter ta bulle, c'est qu'elle t'évite.  Si elle passe devant toi en courant, ce n'est pas qu'elle aime la course, c'est qu'elle te fuit.

Lui, on pourrait dire qu'il a compris tout ça.  Mais il s'essaie quand même, à l'occasion.  On dirait qu'il oublie le rejet cruel qu'il a subi lors de la précédente occasion.  Peut-être aussi qu'il le fait pour la narguer ou la tester, parce qu'il y a des fois où elle passe outre.

Elle est comme ça.  Elle n'aime pas les autres de son espèce.  Si elle l'endure parfois, lui, c'est parce qu'il est arrivé ici en premier.  Mais elle le malmène quand même, profitant de lui lorsqu'elle est trop paresseuse pour faire sa propre toilette, puis le congédiant aussitôt qu'elle en a eu assez.

Elle n'apprécie pas tellement les humains non plus.  Mis à part quelques rares exceptions.  Elle semble m'adorer, mais je te rassure, j'ai aussi droit à des coups de patte de temps à autre.  C'est bien souvent Madame qui décide quand le moment de tendresse commence et quand il se termine.

Je pourrais te dire que c'est parce qu'elle est vieille.  Mais ce serait te mentir, parce qu'elle a toujours agi ainsi.  C'est une bitch de nature, une bitch de coeur, une bitch de chatte.







samedi 7 avril 2018






I don't get what you do when you do what you do.  
And I do not believe I should try to any longer.








vendredi 6 avril 2018





Il faudrait peut-être que j'écrive un peu ici.


Voilà, c'est fait.










mardi 13 mars 2018





© Hugues Skene


Connaissez-vous Kamourascrap?  Non?  C'est correct, l'événement se tiendra pour la deuxième fois seulement ce mercredi 14 mars (demain, oui DEMAIN!) à la brasserie Le Griendel (195 rue Saint-Vallier Ouest) à compter de 19h30.  Le prix d'entrée est de 5$.  Vous DEVEZ venir parce que je participe à cette édition en tant qu'auteure!

Mais qu'est-ce que Kamourascrap?  Je vous explique : le concept est de demander à des auteurs d'écrire une fanfiction érotique inspirée d'oeuvres qui ont marqué la littérature québécoise.  Ces textes sont lus par un comédien (dans ce cas-ci Paul Fruteau De Laclos) lors d'une soirée tenue au Griendel.  Le public est ensuite appelé à voter pour son histoire favorite.  Tout ça se veut très ludique, grivois et festif.  Pour avoir assisté à la première édition en décembre dernier, je peux vous assurer que ce fut très drôle et chaleureux.

Pour la première édition, cinq auteurs ont dévergondé La Chasse-Galerie.  Demain, ce sera Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon qui se verra chamboulé par les fantasmes de cinq autres auteurs, dont moi (les autres sont Simon-Pierre Beaudet, Catherine Côté, Arnaud Langlois et Olivia Wu)!  Vous avez envie de savoir ce que mon esprit tordu a imaginé pour Séraphin, Donalda et Alexis?  Vous avez envie d'entendre des courtes nouvelles hard et trash un brin (ou beaucoup)?  Pointez-vous demain au Griendel!  Ça va être fou, ça va être plein, ça va être hot!

La page Facebook de l'événement : Kamourascrap dévergonde Un homme et son péché








jeudi 8 mars 2018





Le 4e numéro (un brin tardif) de 2017 de la revue SOGLITUDES est lancé!  À l'intérieur, vous y trouverez entre autres une réflexion de Tatjana Barazon sur l'acte de penser, justement, un texte de Van Troi Tran sur ces fameux endroits que sont les aéroports, une devinette de Maxime Lamoureux, une entrevue avec Barbara Gail Montero, professeure à la City University of New York, et aussi un troisième billet de mon cru qui traite cette fois-ci de mes amours (pour faire différent de ce sur quoi j'écris ici, t'sais!).

N'hésitez pas à me demander si vous souhaitez vous procurer une version papier de la revue.  C'est tout simple et ça ne coûte que 8$.

Bonne lecture!








lundi 19 février 2018






Il m'arrive souvent, lorsque je suis malade, d'avoir des très grandes rages de bouffe.  C'est quand je suis en train d'agoniser dans mon lit que je m'invente mes plus gros trips culinaires.  Je ne sais pas trop ce qui inspire réellement mes envies de tel ou tel plat, mais ça change de fois en fois, d'un mal à l'autre.  J'ignore si ça a un quelconque lien avec le virus qui sommeille en moi, mais je suis passée par de multiples saveurs comme ça, rêvant de me concocter de splendides repas.  Plus souvent qu'autrement, c'est le gras qui me démange.  J'ai faim de poutines.  Des fois de pizzas, ou de burgers.  Ces jours-ci, alors que c'est la grippe qui me fait souffrir, je fantasme sur des sushis.  J'en mangerais à perpétuité.  Enfin, c'est l'impression que j'ai.  Parce qu'en vrai, si j'en avais devant moi, j'en gaspillerais sûrement plus de la moitié.  Mais l'idée d'en dévorer tout plein va m'obséder durant toute ma convalescence.  J'en achèterai probablement une fois rétablie.  Mmmmmm, sushis...






vendredi 9 février 2018




Je me suis inscrite sur Tinder.  Tentative de me sortir de mon marasme amoureux/affectif.  Ça ne fait que deux semaines, mais je dois dire que c'est le seul site de rencontres où j'y trouve un certain plaisir et celui que je trouve le plus efficace.  Les quatre ou cinq autres que j'ai essayés, j'ai effacé mon compte environ 24h après m'être inscrite tellement j'étais déçue et ne me sentais pas à ma place.  Tinder, c'est rapide et clair : «swipe»  à droite si la personne te plaît, à gauche si elle ne te plaît pas.  Ensuite, tu peux entrer en contact seulement avec les gens qui t'ont «liké» aussi.  C'est superficiel, oui.  Faut en prendre et en laisser, il faut s'amuser.  Parce que oui, on peut rencontrer l'amour, mais on peut tomber sur des méchants morons aussi!  On peut y investir, on peut y perdre son temps...  Tout se peut sur Tinder!  Pour l'instant, ça me divertit.  Ça me fait rire, beaucoup des fois.  Oui, je ris des gens.  Je juge.  C'est aussi ça, Tinder.  Ce qui m'amène à faire une liste.  Pour rigoler, hen, pas besoin de suivre à la lettre ce qui y est écrit.



CHOSES À NE PAS FAIRE SUR TINDER :

  • Mettre une photo de gazon comme photo de profil.  
  • Mettre une photo où apparaissent plusieurs personnes.  C'est parce qu'on ne peut pas deviner à qui appartient le compte.  Qu'est-ce qui arrive si je swipe à droite pour le dude à côté de toi?
  • Mettre une photo de toi avec une jolie fille/un joli garçon.  Ou même si elle/il est laid(e).  C'est peut-être ta soeur/ton frère/ton ami(e).  Mais moi, la première chose qui me vient en tête, c'est que c'est ton ex.  Ou pire, ta blonde/ton chum. 
  • Mettre une photo de fille hot peu habillée.  Je veux voir de quoi t'as l'air, pas de ce que je dois avoir l'air pour que tu t'intéresses à moi.
  • Mettre une photo floue ou de mauvaise qualité.  Assume-toi.
  • Mettre une photo de toi de très loin, genre au sommet d'une montagne ou quelque chose dans le genre.  T'as voyagé, bravo champion.  Maintenant, sois pas gêné, montre-moi ta face.
  • Mettre une photo de tes biceps, de tes pipes, de tes abdos, ou de toute autre partie de ton corps sans qu'on puisse voir ta face.  Ça inclut une photo de ta crotch, oui.
  • Mettre une photo de toi tout en gear en train de faire du ski/planche à neige/motocross/n'importe quoi d'autre.  Oui, j'ai pris connaissance d'une de tes activités favorites.  Maintenant, montre-moi ta face.
  • Mettre une photo d'un objet, d'une oeuvre d'art, d'un paysage ou de quoi que ce soit d'autre qui ne soit pas toi.  Oui, j'ai pris connaissance d'un de tes champs d'intérêt.  Montre-moi ta face astheure.
  • Mettre une photo de pêche.  Ça, c'est purement subjectif, mais je tiens à dire que je me fous complètement de ta dernière prise.  Pis un life jacket, ça avantage personne.
  • Mettre une photo de chasse.  Ça aussi, c'est purement subjectif.  La chasse m'attire encore moins que la pêche, donc ton orignal, je m'en sacre.  Pis le orange fluo, ça avantage personne.
  • Mettre une photo de toi de dos.  Montre-moi ta face, bâtard!
  • Mettre une photo de toi prise dans une salle de bain.  Pour une fois que je suis d'accord avec Alex Perron : s'immortaliser avec un bol de toilette derrière soi, ça ne met pas particulièrement en valeur!
  • Mettre une photo de tes enfants.  Ou pire, des enfants de quelqu'un d'autre.  Si tu es dans le portrait, c'est correct, mais sache que moi ça me fait peur et que je swipe automatiquement à gauche.
  • Ne pas indiquer ton âge.  C'est quand même une donnée intéressante.
  • Ne pas mentionner où tu habites.  Si tu vis à Trois-Rivières et moi à Québec, ça change la teneur de notre potentielle relation future.  Ça ne la rend pas impossible, bien sûr, mais quand même.
  • Inviter à domicile pour un premier rendez-vous.  Toujours dans un endroit public, toujours.
  • Juste mentionner ce que tu n'aimes pas ou ce que tu ne cherches pas dans ta description.  Sois un peu plus positif, l'ami.


Note bien que si tu affiches plusieurs photos sur ton profil, tu peux t'en permettre une ou deux du genre de celles mentionnées plus haut.  En autant qu'il y en ait une qui présente bien ton visage, moi je dis.  Mais si toutes tes photos sont dans le style de celles que j'ai décrites, c'est que tu n'as vraiment rien compris à la vie.