lundi 16 juillet 2018






Mais comment fait-on pour miser sur quelqu'un et persévérer avec cette personne?  Qu'y a-t-il de si débalancé chez moi qui fait que ça ne dure pas?  Pourquoi est-ce que je refuse de m'embarquer dans autre chose que du tout croche?  J'aspire pourtant à du plus sain, depuis quelque temps.

Dois-je vraiment sacrifier la passion pour connaître la sécurité?  C'est que j'aime les choses féroces, moi.  Mais suis-je sensée toujours être déchirée pour me sentir vivante?  Qu'est-ce qui m'attire vers le complexe?  Les tiraillements m'animent-ils tant?

La stabilité est-elle vraiment comme je me l'imagine, ennuyante et sans attrait?  Le désir peut-il survivre au quotidien?   

Je veux être déchaînée à jamais.







mardi 10 juillet 2018







«Alors il s'empêchait de repenser à ça, puisqu'il ne savait pas ce qui était le plus douloureux de la jalousie qu'on éprouve ou de celle qu'on cache, de ce qu'on ressent ou de ce qu'on maquille.»

- Laurent Mauvignier, Seuls, Éditions de Minuit, p. 39


Une citation comme ça qui me fait réfléchir, et pour vous dire que je lis, que je ne travaille pas, que je vis l'été en me baignant et en buvant avec des amis.  Vous dire que je ne me force pas, que je n'ai pas envie d'aller m'entraîner ce soir.  Dire aussi que je ne sais pas quoi écrire de plus, je ne sais pas quoi écrire ces jours-ci.








vendredi 1 juin 2018





Chères deux heures de sommeil,

Vous n'étiez pas suffisantes.

Il fait chaud dans mon espace maintenant que le printemps s'est endurci et tend vers l'été.  Les chats font la crêpe ou cherchent la brise.  Je suis collante, toute dégueux.  J'aurais dû profiter de l'offre de ma soeur pour m'aider à installer l'air climatisé mercredi.  

Oh well.  

J'ai encore trop d'heures à remplir.  Je m'occupe un peu plus, c'est vrai.  Mais il me manque un peu d'élan.  Je pensais avoir trouvé quelqu'un avec qui passer du temps.  Mais pas, malheureusement.  

Il y a des méthodes à revoir, paraît-il.  Des procédés à repenser.  Des façons de faire à choisir.

J'y réfléchis.






mercredi 30 mai 2018





Mes attentes m'écrasent.  Mes idéaux semblent trop grands.  En cherchant l'extraordinaire, je nourris mon insatisfaction chronique et cultive les déceptions.










jeudi 17 mai 2018






Je vous l'ai déjà dit, je suis inscrite à Tinder.  Jusqu'à maintenant, j'ai eu plusieurs matchs, mais deux seules dates.  Je ne like pas beaucoup d'hommes, c'est bien vrai.  Je suis pas mal sélective.  Je regarde les photos, je lis les descriptions, et on dirait qu'il y a toujours un petit quelque chose qui me déplaît et me fait swiper à gauche.  Je suis peut-être passée à côté de bien des hommes de ma vie en jugeant trop rapidement comme ça...

Je n'ai pas eu beaucoup de rendez-vous galants dans ma vie.  Je ne suis pas habituée de me présenter comme ça devant quelqu'un et parler de moi en espérant que ce que je dis et ce que je fais plaisent à cette personne.  C'est un peu comme passer un test.  Ou une entrevue.  Il faut se montrer à son meilleur, mais être authentique...  Tenter d'épater, mais ne pas trop en faire...  Dire les bonnes affaires, mais ne pas trop s'ouvrir...  Est-ce que je devrais attendre avant de parler de ma maladie mentale?  Est-ce que c'est plus un sujet de deuxième ou troisième rencontre?  Ou bien j'attends qu'il s'en rende compte par lui-même?  Et puis mes chats, dois-je avouer que je vis avec trois chats?  Ça se cache plutôt mal...

Juste avant de sortir de chez moi pour aller rencontrer une nouvelle personne me prend une envie de pleurer.  Je me demande pourquoi je me mets dans pareille situation.  Pourquoi je ne reste pas tranquille chez moi à rien faire.  C'est plate, mais c'est tellement plus facile.  Moins forçant.  Je pense aux gars que j'ai connus et à quel point j'étais bien avec eux et je me dis qu'aucun autre candidat ne me fera vivre pareilles sensations, que ce ne sera jamais aussi bien, alors à quoi bon...  J'oublie trop souvent qu'il y a des raisons pour lesquelles je ne suis plus avec ces hommes.

Malgré mes craintes, j'ai envie de quelque chose de différent.  De passer du temps avec quelqu'un.  Je me dis que ce serait bien plus simple si je rencontrais au hasard de la vie un gars qui me plairait et à qui je plairais, mais puisque ça ne semble pas vouloir arriver, j'essaie de provoquer le tout un peu.  Je suis devenue impatiente de même. 

Allô, je suis ici.  Je suis game.  Amène-toi.












mardi 15 mai 2018







Ces jours-ci je me sens comme meh, bof, mouais, ok...  Ce qui ne constitue pas du très bon matériel pour écrire, alors je ne le fais pas.

Si je le faisais, ce serait à propos des mêmes trucs que d'habitude.  Des mêmes personnes.  Ce serait pour dire les mêmes affaires.  Alors à quoi bon me répéter, hen.  Je ressasse déjà assez comme ça.

Si j'écrivais, peut-être que je pourrais faire vivre mes personnages au lieu de réanimer les mêmes angoisses.  Si j'écrivais, j'existerais moins pendant ce temps-là et ce serait bien parce que là je suis trop et je ne fais pas assez...