dimanche 4 novembre 2007

Drôle, comme on peut incarner deux contraires à la fois, ou de façon successive. Comme on peut se foutre de tout et avoir peur pour rien. Comme on se réinvente pour mieux détruire ce que l'on a déjà été. Comme on se conserve pour ne pas subir les nouveautés. Comme on peut s'entourer pour ensuite n'espérer qu'avoir la paix.

Parfois, je suis impulsive et à d'autres moments j'attends trop. J'attends surtout lorsque ça presse. Je ris et suis insouciante, puis je m'inquiète et deviens grave. Mais il n'y a rien de grave. Rien ne devrait être assez sérieux qui puisse m'empêcher de sourire. Et pourtant...

«Je veux changer de trajectoire. Je n'irai pas dans cette voie. Attendez, j'y reviendrai sûrement plus tard...»

Je me perds dans mes oppositions, des fois, alors que la plupart du temps je me plais à demeurer inclassable. J'emmerde les catégories, les genres restraints. Les yeux grand ouverts, je regarderai les marges s'étirer. Les puits s'agrandir. Plus de place pour s'enfoncer, ressortir puis respirer.



1 commentaire:

  1. Anonyme5/11/07

    C'est beau. Je n'arrive pas à saisir ce que tout cela signifie exactement, mais je trouve ça beau.

    RépondreSupprimer