vendredi 2 février 2007

Je me pose des questions sans mot. Je sais bien qu'il y a quelque chose de louche, mais ce n'est pas palpable. Oh, ces réflexions que je ne peux articuler!

«Et si..?», «Mais pourquoi?», «Comment...», «Ou peut-être que...?»

Je pense à toi en faisant pivoter une recette de macaroni au saumon. Tu m'empêches de visiter Thomas et Sophie. Et pourtant, ils doivent vivre. Préfères-tu l'inspiration forcée? L'envie me prend de voler une planète et te l'offrir. Tu ne la laisserais pas tomber, j'espère? Je n'aurai plus d'argent. Travailles-tu encore?

Je m'assomme souvent en me disant que ce n'est pas possible. Les oiseaux ne peuvent pas vivre sans plume, et pourtant ce démon vert est nu depuis que je le connais. Je préfère ton corps, tu ne m'en veux pas de te désirer, n'est-ce pas?

Je ne sais pas écrire, aujourd'hui. Ni décider. Je vais y aller, au carnaval, ce soir. Peut-être.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire