mercredi 11 janvier 2017






Durant la période des Fêtes, je suis allée patiner avec mon parrain, deux de mes cousines, la fille de l'une d'elles et ma soeur.  Nous nous sommes rendus à l'anneau Gaétan-Boucher.  J'ai déjà patiné dans ma vie, mais là ça devait faire trois ou quatre ans que je ne l'avais pas fait, et étant donné le peu de plaisir que j'en avais retiré, j'avais fait don de mes patins.  J'ai donc emprunté ceux de ma marraine qui, si vous suivez un peu vous l'aurez deviné, n'était pas avec nous.

Constat immédiat : je n'aime pas plus ça que la dernière fois.  Je ne peux même pas faire deux coups de patins sans perdre l'équilibre.  Impossible pour moi d'avancer.  Je fige.  Je fais quoi?  Nous avons déjà passé plus de temps à enfiler nos engins de torture à pieds qu'à nous promener sur la glace.  Les autres sont partis loin loin à l'aventure, sauf ma soeur et ma cousine Anne-Marie, qui se sont rendu compte de ma détresse.  Je décide donc de prendre une des espèces d'appui qu'utilisent les enfants qui ne savent pas encore patiner et de voguer en m'y appuyant.  N'ayez crainte, je n'ai pas grand orgueil et je n'ai pas l'humiliation facile pour ce genre de choses.  Ma soeur décide même de m'accompagner en en prenant un elle aussi pour les premiers tours, question de se refaire un peu.  Ce n'est pas tout à fait comme le vélo, le patin.

Je crois avoir eu du plaisir pendant deux tours.  Trois, pour être généreuse.  Au début, c'était cocasse, les deux grandes trentenaires avec leurs marchettes.  Mais aussitôt que j'essayais de ne plus m'appuyer sur le truc, l'équilibre m'abandonnait.  Et je n'arrêtais pas de m'enfarger dans les osties de pointes parce que je ne levais pas assez mes pieds ou parce que je n'avais simplement pas la technique.  Dire qu'au secondaire, quelques-unes de mes amies faisaient du patinage synchronisé et une couple d'autres du patinage artistique, dont un qui a participé aux Jeux Olympiques d'hiver de 2006 à Turin et qui s'est classé 12e, salut Shawn Sawyer!  Comment?  COMMENT FAISAIENT-ILS?

Deuxième constat : je suis nulle.  Et je n'aimerai pas plus ça dans cinq tours.  Je décide donc d'abandonner, sans gêne ni regret, et de m'étendre sur le côté de la patinoire, bien installée dans la neige pour regarder les flocons tomber.  Je n'allais quand même pas demander aux autres de partir et ainsi gâcher leur fun.  Ça ne me dérangeait pas d'attendre.

Je regardais donc le ciel blanc, étendue sur le dos, pieds croisés, toute à mon aise, et je laissais les flocons me chatouiller le visage.  À l'occasion, j'approchais une de mes mains pour observer de plus près les cristaux qui s'étaient déposés sur ma mitaine (une paire que m'a tricotée ma soeur Stéphanie!), j'en étudiais la forme, l'éclat...  J'entendais les rires et des bouts de conversation des patineurs qui passaient devant moi.

Puis j'en ai entendu deux.  Qui se parlaient.  En me regardant, sûrement, parce qu'ils se sont mis à parler de moi, mais pas à moi.

<<<>>>

HOMME - (...) tu fais plus d'exercice en patinant qu'en restant allongé dans'neige!

FEMME - Tant qu'à ça, reste chez vous!

<<<>>>

Chères gens,

Vous n'avez eu accès qu'à environ 15 minutes de ma journée en passant devant moi à quelques reprises, probablement de ma vie si on considère que les chances que l'on se recroise sont minces.  Vous ne m'avez vue qu'à travers une fenêtre de mon existence.  Une fenêtre, que dis-je, un carreau!  Sale.  Parce que vous y voyiez sûrement embrouillé.  Et que ce que vous y avez observé ne représente qu'une infime partie de ce que je suis.  Il m'arrive parfois de me foutre de ce que les gens pensent de moi.  Mais il arrive aussi que l'opinion des autres me gèle, m'empêche d'agir, d'avancer.  Cette journée-là, j'ai eu envie de me lever la tête et de vous faire un beau gros sourire.  D'un côté, jme torchais pas mal de vos propos, mais d'un autre, ça m'a dérangée quand même.  Parce que pour la première fois depuis des semaines, j'étais bien.  J'étais bien, à regarder les flocons tomber.  J'étais bien, effouerrée dans la neige.  Vous ne saviez même pas combien de tours j'avais fait avant, j'aurais pu en avoir fait des centaines (ok, non).  Vous ne saviez pas si j'étais blessée ou non, vous ne saviez pas que j'attendais mon groupe.  Vous ne saviez rien.

Mais je vous comprends, je le fais moi-même souvent.  Émettre des commentaires sur des personnes que je n'aperçois que quelques secondes.  Que je ne vois passer et que je dis, dans ma tête ou à celui/celle/ceux/celles en ma présence, une niaiserie ou une parole désobligeante.  Dans le fond, je n'ai aucune idée du contexte.  Des fois il y a une explication derrière ce dont je suis témoin (d'autres fois non, certains individus sont juste craqués et il n'y a rien à faire pour les réchapper).  Mais bon, tout le monde s'est déjà amusé aux dépens des autres, inconnus ou pas.  Et nous allons continuer à le faire.

Troisième constat : je ne sais plus vraiment où je m'en vais avec ce texte et je commence à trouver que ça sonne comme une rubrique du genre «Ce n'est pas bien de juger son prochain» alors je vais couper ça là.  Il faut savoir quand s'arrêter, dans la vie.





4 commentaires:

  1. Côté positif : dis-toi qu'au moins, pour ma marchette, tu auras pris de l'avance pour plus tard ! ... (je sais, c'est chien ... mais ça vient de ton paternel ...) :) :) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles sont vraiment bien faites, ces marchettes-là, en gros plastique bleu, bien balancée. Beaucoup mieux que les chaises de métal qu'il y avait au forum à Edm dans mon jeune temps...

      Supprimer
  2. Amilie11/1/17

    T'es bonne de ne pas les envoyer paître...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pas très bonne là-dedans. Même avec des gens que je connais, je pense à la bonne réplique ou à la remarque chienne genre 3h après le moment où j'aurais dû la dire, hihi.

      Supprimer