mardi 21 novembre 2006

Une horreur, un drame, vous dis-je, se trame!

Que des couleurs se permettent d'en dire trop, ça passe encore. Mais que les lettres se mettent à nous lancer des regards désabusés, je ne sais plus trop.
Et si les notes s'avouaient rebelles également, si elles se déclaraient nos ennemies? L'agonie serait certaine...

L'art et l'expression se liguent contre nous! J'ai été témoin d'une de leurs rencontres prévues pour planifier cette supercherie sensée nous anéantir. Croyez-moi, il n'y a pas de temps à perdre! Nous devons réagir, nous tenir, tous! Ensemble, nous pouvons (et nous devons!) faire poids devant ces deux grandes sphères et les affronter sans pitié! Les obliger à rappliquer, et à poursuivre leur mission: nous faire vivre extases, partages et grandeurs!

L'affaire est somme toute risquée et, soit dit en passant, grave. Après tout, il ne s'agit pas que de nos outils artistiques qui menacent de nous faire fondre de langueur et d'ennui, mais aussi de leur moteur: la voix! Toutes ses facettes, la parole, la diffusion, l'exposition, la distribution, la permission, l'accès, la libération de tout médium, c'est-à-dire tous les médias, toutes nous sifflent qu'elles ne s'abaisseront plus! Qu'elles n'accepteront plus de se faire exploiter!

Comment nous, innocents consommateurs, sommes-nous supposés contrer ce mouvement de masse? Faut-il ramener à la raison (et à la maison, par la même occasion, puisqu'ils ont tous déserté le pays!) tous les portraits, tous les tableaux, tous les morceaux et toutes les chansons? Y parviendrons-nous?

Après moult réflexions, certains d'entre nous se sont dit que l'art et ses crieurs pouvaient bien aller se faire voir! Jolie mentalité... D'autres ont voulu se pencher sur l'origine de la crise... Mais les heures nous échappent! Et le nombre de morts causées par l'absence d'art et de son ancienne profusion augmente à un rythme effarant!

Par où commencer? Et comment agir, dis-je, que faire?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire