samedi 28 octobre 2006

J'ai ressorti des trucs que je désirais garder enfouis pour longtemps. Et ça me va. Je ne retombe pas. Ou si peu.

J'ai accroché ce masque qui s'allie tellement à mes murs rouge salsa. On pourrait presque dire qu'il s'y camoufle, alors comme ça des fois j'oublie même qu'il me regarde lorsque je passe dans le couloir. J'ai affiché à nouveau une photo, celle de nous trois, en ne laissant paraître que le côté où j'y suis, et où l'on voit ce cher Zachary, que j'ai délivré il y a quelques mois déjà. Hier, j'ai serré une peluche longuement, ai pleuré puis ai retassé ce grand dandy de Gustave dans cette sombre garde-robe. Le pauvre, il doit lui arriver de faire des cauchemars, lui aussi...

Mais moi des cauchemars j'en fait moins. Et moi, pleurer, ça m'arrive rarement maintenant. Ces jours-ci, je souris. J'ai même séduit...

Les ascenseurs m'amènent encore un fantôme, mais je ne leur en veux pas. Et puis il semble que ce soit lui qui s'effraie à ma vue, et non le contraire. Étrange comme l'on s'éloigne... Il aura ce qu'il a toujours souhaité, en fin de compte.

Mon effacement. Je le lui offre.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire