samedi 11 août 2007

Il y a longtemps que je n'ai pas regardé pousser les arbres. Dès que les forces me reprendront, j'irai refaire connaissance avec le gigantesque érable qui borde le terrain de la maison familiale. Celui-là même qui me faisait peur parfois lors de l'un ou l'autre de mes retours nocturnes, avec ses branches et ses feuilles qui se tortillaient d'ombres devant mes yeux. C'était en revenant de chez Marie-Claude et Jolène, après avoir joué à cache-cache, après avoir couru, après s'être baigné, après avoir parlé très longtemps, après avoir regardé un film, après avoir bu, après n'avoir rien fait vraiment...

Je l'apercevais, ce géant vert dans le noir, et je savais que derrière se tenait un des murs de briques soutenant ma demeure. Il m'arrivait d'être déçue de m'en approcher si tôt. Ces fois où j'aurais voulu étirer les nuits... Ne pas rentrer, ne pas être une fille, ne pas me coucher pour n'avoir qu'à me relever quelques heures plus tard.

Le temps me tracasse dans cette ville. Je ne me l'explique pas encore tout à fait, même après toutes les visites effectuées par ici depuis que je me suis sauvée et ai regagné mes sources. À croire que les souvenirs tuent tout ce qu'il peut rester de beau dans un endroit... Mais je me pile dessus, cette fois, et je profite des jours au Nouveau-Brunswick. Je veux. Qui suis-je pour griller ce que ce lieu et ses gens m'ont déjà offert?

Encore une chose, je dois observer les étoiles. Et l'énergie me reviendra, nom d'une tomate.


4 commentaires:

  1. Il FAUT qu'elle te revienne ! Et, en passant, on a passé une belle soirée aujourd'hui grâce à la bouteille de rosé que tu avais laissée chez moi. hihih Merci !

    RépondreSupprimer
  2. Moi j'vais être honnête Sylvianne j'pense qu'au NB ya un problème avec l'horloge... Elle est lente... lente... c'est l'enfer ... Surtout a Edmundston... le temps est tout le temps trop long, et quand ta du plaisir ben la elle se mets a faire des "Free games" pis elle passe comme 100 fois plus vite... Va falloir que quelqu'un la répare...

    RépondreSupprimer
  3. la petite patience12/8/07

    "les souvenirs tuent tout ce qu'il peut rester de beau dans un endroit..." Ça fitterait ben sur les affiches promotionnelles de la région ça! Quoi de mieux que l'opinion d'une fille engourdie par un mélange de nostalgie et de morphine pour vanter l'hospitalité brayonne! Une chance qu'on t'adore toi! :)

    RépondreSupprimer
  4. Hahaha! Tant mieux pour cette bouteille Pierre-Luc, elle servait à être dégustée :) Julie, il y a sans doute un truc qui cloche oui... Et Mélanie, j'y peux rien, c'est très naturel chez moi... Moi aussi je vous adore!

    RépondreSupprimer