dimanche 14 janvier 2007

- T'as échoué, bonhomme, qu'elle lui dit.

Et lui de répondre qu'il s'en fout.

- Oh, mais non, tu t'en fous pas! Ça te coulait dans les veines, ce projet-là, renchérit-elle.

Son poing contre le mur. La fait sursauter. La fait le dévisager.

Et lui de hurler:

- Tu m'embêtes! Sacre ton camp! Laisse-moi, LAISSE-MOI!

Elle le regarde, les yeux grands et les sourcils durs. Se prend la tête, serre ses longs cheveux entre ses doigts. Le somme de se la fermer.

Il crache sur le plancher carrelé, ne l'entend pas. Continue de crier. Puis cesse. S'appuie contre le comptoir pour retrouver son souffle. Murmure des conneries du genre:

- C'est de l'argent vite fait, d'habitude. Un coup facile. Pas de tracas...

- T'as tout foutu en l'air cette fois-ci. Avec ta p'tite dame. Y'aurait pas fallu que tu te mettes au lit avec -

- ARRÊTE! TAIS-TOI!

Et elle de trembler. De se tourner vers la fenêtre près de la table où elle est assise, de tasser le rideau de dentelle blanche. Et de regarder dehors.

Et lui de s'approcher, de la fixer. De la pointer de son menton mal rasé. De l'appeler par son nom, pour qu'elle lui fasse face à nouveau.

- Je vais m'en aller, si c'est ce que tu veux, bonhomme. Ça me fait pas un pli. Mais ne te fies plus à moi pour tes autres boulots.

Elle se retourne, quand elle l'entend tout saccager avec une chaise. Se tasse contre le mur du mieux qu'elle peut.

Il ne la voit plus. L'oublie. Défait la table, détruit la vaisselle, brise tout.

Et elle de pleurer. De le supplier de se calmer.

Sa fureur semble s'estomper. Il repose les morceaux de chaise qu'il tenait toujours en mains. Jette un un regard circulaire aux dégâts. S'excuse en marmonnant:

- C'est moins pire que la dernière fois.

Et elle de se lever. Et de le serrer dans ses bras.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire